L’uberisation des banques

L’uberisation des banques

Comment les banques s’adaptent-elles à la révolution technologique internet

L’uberisation est la transformation de services de la part d’entreprise afin d’entretenir un contact direct avec le client via les nouvelles technologies. Aujourd’hui, rares sont les entreprises qui refusent de s’uberiser, et peu survivent sans s’adapter. Les banques traditionnelles représentent ainsi une anomalie au sein du marché. sûre de leur puissance sur le consommateur fidélisé, sûre de leur monopole entretenu par un système centralisé et auto suffisant, les piliers de la finance ne sont pas en adéquation avec l’évolution technologique de l’ensemble des autres secteurs. Mais ont-elles vraiment besoin de s’adapter, ou bien est ce que leur puissance leur permet de conserver leur mode de fonctionnement ?

Face aux nouveaux services apportés par les applications mobiles, les sites etc, la musique, le cinéma, la télévision, les taxis, les restaurants, bref, presque tous les services proposés aux particuliers se sont uberisés, se sont modernisés. Les banques traditionnelles restent de marbre face à ce phénomène, malgré des créations d’applications mobiles assez optimisés, il est impossible de réguler entièrement son compte via son smartphone ou son ordinateur. Mais gérer un compte en banque est un peu plus délicat et compliqués que de gérer un compte spotify ou une commande alloresto. En effet, le fonctionnement d’un compte en banque regroupe une multitude d’activités bien différentes les unes des autres qui ne peuvent pas être toute gérée par une innovation révolutionnaire qui rendrait alors la gestion d’un compte en banque aussi simple que Bonjour.

Néanmoins, les FinTechs se font de plus en plus nombreuses. Ces FinTechs sont des starts up qui se focalisent sur l’ouverture de banques uniquement en ligne. Certaines existent déjà, comme Hello Bank, boursorama, ING-direct, filiales des banques en “dur”, Hello Bank appartient à BNP paribas, boursorama à la société générale, et ING-direct au groupe ING. Mais ces banques souffrent d’un problème de confiance. En effet, lorsqu’un conseiller bancaire vous garantit 100 000€ en cas de faillite de votre compte de dépôt, le client fait confiance à l’humain. Lorsqu’une bannière l’annonce, il est plus dubitatif.

Le problème ne viendrait donc pas des banques elles mêmes, mais plutôt des clients, consommateurs en manque d’innovation et de confiance. De plus, des grosses enseignes se mettent à envahir le marché, enseignes qui ont elles réussi à conquérir le porte monnaie et la confiance des consommateurs, nous parlons bien évidemment des GAFA. Apple, avec Apple Money devance les banques dans la gestion des comptes en banque. Grand représentant de la bien pensance et de la bienfaisance, le géant californien possède déjà 800 millions de numéros de carte bancaires pour ses clients. Et pourquoi est ce que la multinationale ne s’associe pas aux banques ? Tout simplement pour profiter d’un marché juteux où la concurrence est aujourd’hui faible. De plus, se placer en leader d’un marché nouveau leur permettrait à l’avenir d’entamer un bras de fer avec ces banques en mal de nouveauté et d’adaptation.

Reste à savoir comment ces banques vont, à l’avenir, essayer de récupérer ses parts de marchés sans s’enliser dans un système archaïque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *